• Hadaka Shitsuji (Eroge)

    Hadaka Shitsuji (Eroge)

    Hadaka Shitsuji, Naked Butler en Anglais, est un visual novel érotique appartenant au genre du Yaoi. Développé par l'entreprise Mada Koubou, prête-nom du développeur, dessinateur et scénariste Togo Mito.

    Comment définir cette chose. Clairement, c'est comme si Jean-Luc Godard se levait un matin pour réaliser un porno. Togo Mito est un génie. Un Génie tordu mais un génie quand même. La seule chose qu'il n'a pas fait lui-même, c'est le doublage. Le Mec a fait lui même un jeu avec une durée de vie de 50 heures et des dessins franchement magnifiques, on va pas se mentir (même si le jeu est loin de plaire à tout le monde).

    Que ce soit sur le nombre d'illustrations ou le nombre de fins, on a affaire à un visual novel d'excellente qualité, surtout qu'il est entièrement doublé par des seyu ma foi bien compétents. Les musiques d'ambiances sont assez bien trouvées, j'avoue avoir un gros kiffe sur la musique du menu qui correspond dans l'histoire aux découvertes du héros. On passe de thèmes casuals et moderne à des musiques beaucoup plus raffinées dans le manoir jusqu'au thème de la psychose qui couvre les accès de violence du personnage.

    Le jeu s'ouvre sur Tomoaki, un jeune serveur qui va sévèrement se disputer avec un client qui harcelait sévèrement sa collègue et amie. Résultat des courses: Il est viré et doit absolument retrouver un job pour payer son université. Un matin, il trouve dans sa boite aux lettres une annonce: On recherche quelqu'un pour occuper le manoir et donner du travail aux domestiques en l'absence du maître. En plus de voir tous ses frais pris en charge, le salaire s'avère TRÈS généreux. Cela semble trop beau pour être vrai mais Tomoaki décide de tenter le coup. Il rencontre alors les 6 majordomes du manoir: Le vieil intendant Mizoguchi, le binoclard timide Sakuma, l'apprenti pleurnichard Arisato, l'armoire à glace Toudou, le cuisinier trop familier Komine et le psychopathe solitaire Ichinose.

    Le scénario est bateau, les personnages variés mais assez plats au final mais c'est un otome/Eroge et le but c'est que chacun y trouvent son compte. De plus, l'intrigue principale va venir être enrichie par plein de petits mystères sympa suivant le chemin que vous allez suivre: Sur le maître de maison, la porte au fond de la cuisine, le rôdeur de nuit...$

    Enfin ça, c'est pendant la première moitié du jeu et ça s'accompagne d'un petit flirtouillage et de deux-trois sous-entendus. Parce que d'un coup, BAM, t'es pas prévenu, t'es pas préparé psychologiquement et ton héros qui a été jusque là tout choupi-kawaii avec ses majordomes devient un espèce de gros connard bourreau-SM...Et pas du SM de maman en mode 50 shades of grey, là on touche à la torture psychologique et Physique assez hardos.

    Si un jour dans ta vie tu as pensé que le Yaoi c'était niais, tu vas faire un virage à 90°. Alors ouais, ya des fins soft et pas trop traumatisante mais même là tu feras au moins un acte répréhensible... Sinon, en florilège des fins sympa ATTENTION SPOIL: Se faire poignarder, mourir d'une overdose d'aphrodisiaque, zoophilie... Miam -_-

    Au final, comme pour Boku no Pico, je ne sais pas pour qui a été conçu ce jeu mais ça a été bien fait et s'en est encore plus perturbant. On sent que l'auteur a développé sérieusement les fantasmes qu'il décrit. En bref, un jeu à ne pas mettre entre toutes les mains même pas celles d'une basique fan de lemon. Il faut une personne pour qui Aï no Kusabi et Maiden Rose était trop soft et viewfinder pas encore assez long...

    On se quitte sur l'opening du jeu:

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :