• Boku no Pico: Martyr des internets ? (Yaoi en débat)

    Boku no Pico: Martyr des internets ?

    Boku no Pico est une série de 4 OAV réalisés entre 2006 et 2008 par le studio Natural High sous la direction de Katsuyoshi Yatabe. L'anime a été prévu pour être le premier anime Shotacon, pendant masculin du Lolicon c'est à dire un Yaoi impliquant de jeunes adolescents ou des garçons pré-pubères. 

    Chacun des OAV se centre sur la rencontre entre Pico et une personne avec qui il va entretenir une relation charnelle la caractéristique principale du héros étant son androgénie et son amour du travestissement. 

    Bon. Ok. Ya un décalage culturel certain, le genre ne peut pas plaire à tout le monde et il touche des thèmes sensibles en occident: La pédophilie, l'identité sexuelle et l'homosexualité. Soit. Mais par rapport à tout ce que l'on peut trouver en 20 ans de recherches internet... Comment cet anime a-t-il pu devenir aussi unanimement moqué et pointé du doigt par des gens qui ne l'ont pour la plupart même pas vu ? 

    Je vais aujourd'hui me faire l'avocat du diable pour vous montrer que cet anime ne mérite clairement pas tout le déferlement de haine qu'il rencontre ! 

    Déjà, l'aspect yaoi. Ok, c'est des bros qui couchent ensemble. Cela pose-t-il un problème ? Rappelons que l'anime est de plus censuré contrairement à Yaoi Sensitive Pornograph qui ne souffre pourtant pas d'une si mauvaise réputation. Alors certes, l'histoire n'est franchement pas construite mais Oh, surprise, les pornos ne sont pas réputés pour être des exemples d'écriture. Premier argument invalidé.

    En ce qui concerne le jeune âge des protagonistes et le travestissement, il va falloir être un peu plus culturel et remonter le cours de l'histoire japonaise jusqu'au temps des samouraïs. Et là vous vous dîtes: 1) Mais quesquedekoiquec'est le rapport ? 2) Elle a fumé ? 3) C'est chiant. Critique l'anime comme le manga professeur Layton ! Et je vous réponds que c'est mon blog et que je fais ce que je veux et qu’en plus, si vous êtes là,  c'est pour vous cultiver et lire un avis à contre-courant.

    Bref. Pour simplifier, il existait dans le japon féodal comme dans la Grèce antique en occident une forme de pédérastie (qui n'a rien à voir avec l'homosexualité dans son sens premier) c'est à dire, un apprentissage de la sexualité de manière pratique par une personne plus âgée. En Grèce, les éphèbes étaient des adolescents pré-pubères avec qui des hommes entretenaient une relation. Les éphèbes étaient considérés comme des canons de beauté pour leur apparence androgyne.

    Au Japon, on trouve des traces de pédérastie chez les moines où les bonzes entretenaient des relations avec leurs apprentis. L'apogée de la pédérastie au Japon aura lieu durant l'ère des samouraïs, jusqu'au XIXème siècle. Le Shudo soit "La voie des jeunes hommes" désigne les relations entre un samouraï et son disciple. On pense qu'ainsi, le plus jeune apprendra le sens de l'esthétisme et se fortifiera par l'amour viril, l'amour pour les femmes étant réputé pour féminiser les hommes. 

    Dans les classes moyennes, ce sont les jeunes acteurs de théâtre Kabuki qui attirent les faveurs des hommes. Jouant souvent le rôle de femmes ou de très jeunes garçons, ils se prostituent, étant généralement vendus très jeunes à des maisons de plaisir.

    Et voilà. Le théâtre Kabuki. Pillier de l'art Japonais. C'est notre lien entre pédérastie et travestissement. Cela explique pourquoi les japonais comprennent et acceptent l'existence de Boku no Pico. Cela montre à quel point une simple recherche wikipédia (ou une visite à la Ycon en novembre ? :p) peut vous prouver que tout votre petit mépris d'homme blanc se croyant supérieur est caduc. 

    Au contact de l'occident et, "Oh surprise ! " du christianisme, l'homosexualité va être banni du japon au XIXème siècle (la sodomie est interdite en 1873). Aujourd'hui, ça va mieux, on va pas se mentir, et le pays est sur la liste des états autorisant les couples étrangers de même sexe à adopter.

    En ce qui concerne le Loli/Shota, le Japon a adopté une posture particulière. Au début des années 70, il existe une forte censure sur l'érotisme qui interdit la représentation de corps de femme nues, cette restriction va être contournée par l'usage d'héroïnes à l'apparence juvéniles. Plus tard vont être votés comme partout dans le monde les lois contre la pédophilie mais là, l'originalité japonaise va frapper en autorisant les "Représentations à caractère sexuels de mineurs à partir du moment où aucun d'entre eux n'est prit pour modèle". Le pire ? C'est que ça marche ! Le Japon est un des pays rencontrant le moins d'agression pédophile du monde !  

    Il faut savoir que Boku no Pico a été réalisé comme un produit Marketing/fanservice à destination des fans de Shotacon, étude de marché à l'appuie, et comprendre sa genèse ne le dispense pas de critiques. Si l'animation est très soignée, le chara-design réussi (osez me dire que Pico n'est pas choupi-kawaii ! ) de même que la musique, la réalisation est à chier. Pourquoi ? Parce que comme dans n'importe quel porno, l'histoire passe au second plan. Mais ce qui est vraiment dommage, c'est que l'on peut encore voir les tentatives d'histoire entre les scènes de baise ! Le mystère autour de Coco dans le troisième OAV est bien amené mais on ne nous apporte aucune réponse comme si la série était constamment le cul entre deux chaises.

    Au final: Jugez Boku no pico pour ce qu'il est: Un produit dont vous n'êtes pas la cible et qui s'inscrit dans une tradition historique que vous rejetez. Dans cette optique: Vous n'êtes pas de vrais Otaku. Vous êtes au mieux des Weeaboos (Google est ton ami). Enfin: Ne devraient ouvrir leur gueule que ceux qui ont vraiment prit la peine de voir ces OAV. Internet vous remercie.

    Quant à toi jeune martyr, le carnet te pardonne tes défauts. 

    Comme c'est un peu dur de partager une vidéo tout public de BNP, j'ai choisi de vous montrer un très court métrage sur le Shudo ! :p


  • Commentaires

    1
    pinkiejoa
    Mercredi 7 Juin à 20:11

    Merci pour cette article qui m'a fait comprendre que cette acharnement sur BNP est ridicule !

    2
    hi
    Mardi 11 Juillet à 14:11

    Mouais mais non. Déjà, y a un ton hautain dans ta critique qui me fout la gerbe ^^", mais passons.

    Il est  vrai que tu ne peux critiquer une oeuvre sans l'avoir vu.... Mais justement, la coupure occident / japon est parfaitement représenté par Boku No Pico. Comme tu l'as dit, on a pas la même culture et c'est pour ça qu'il est autant moqué et critiqué.

    Pour les gens qui ont regardés BNP, comme moi,  ces OAV me foutent la gerbe et me mettent mal à l'aise. Osef de l'histoire culturelle. D'ailleurs, faire une corrélation entre l'époque d'Edo et BNP m'a fait hurlé de rire, tellement que ça avait aucun rapport ! Ca revient à demander à Lisa Ann pourquoi elle fait du porno et qu'elle te cite du Simone de Beauvoir. Aucun rapport excepté le fait que ce soit tous les 2 des femmes qui aiment le cul. 

    Oui, je plussoie ta recherche compréhensive de BNP, mais tu n'as pas parlé de ton opinion, tu as juste cité des généralités saupoudrée d'un peu de haine envers ceux qui critique BNP alors que toi même, tu as du mal à  situer ton avis lol.

    Bon après, ton avis est vite devenu caduc avec cette phrase : "d'homme blanc se croyant supérieur". C'est dommage, détruire tout une raisonnement, certes mal mené mais présent, par un vieux truc de SJW.

     

    3
    Mardi 11 Juillet à 17:19

    Mwahahahahaha ! Ça me fait toujours autant rire quand on prend le personnage de Shiro au premier degré. Bien sûr que Shiro est hautaine. Elle est même imbuvable et sarcastique. Ce n'est pas tant mon caractère qui ressort mais le sien, comme Fred et Seb du Grenier sont en fait des gens très calmes dans la vraie vie ;). On notera que pour faire du contenu sur le net il faut souffrir d'un sérieux dédoublement de la personnalité. Et on peut mêler et sarcasme et apprentissage. La preuve, la phrase très cliché que tu me renvois, elle t'a marqué et te fais comprendre l'idée qu'il y a derrière même si la réplique est très exagérée, une nouvelle fois pour correspondre au tempérament flamboyant et tranché de Shiro. 

    Bref.

    Alors. Tu me reproches quoi... 

    Alors...Tu me dis que l'époque d'Edo et la pédérastie dans les œuvres japonaises n'ont aucun rapport "AH" dirait notre ami Denis. Comment peux-tu aborder une oeuvre (car oui, même si ça te trou le cul, BNP est une oeuvre), sans aborder l'histoire socio-culturelle qu'il y a derrière ? Bien sûr qu'il y a un lien, il y a eu une littérature de la pédérastie dans l'histoire japonaise parce qu'elle était dans les mœurs, tout simplement. Ton raisonnement est au moins aussi pertinent que de couper la pornographie moderne de gens comme Sade O_o. 

    Et en ce qui concerne le fait de ne pas exprimer mon avis...Euh. Bah basiquement c'est mon blog. Donc ce qui y est posté par moi ou mes rédacteurs représente plus ou moins mon opinion...C'est un peu le concept. Mais comme la notion d'implicite et de niveaux de lectures te semble un peu étrangère (tu vois, ceci est un sarcasme hautain :o), je vais te le résumer:

     

    1) Thèmes sensibles et décalage culturel

    MAIS

    2) Loin d'être le pire sur internet

    3) Mauvais scénario, bonne animation, musique pas dégueulasse

    4) Ne mérite pas tout ce déferlement de haine si on a l'intelligence de le remettre en contexte.

     

    Voilà.

     

    PS: Merci de ne pas avoir été vulgaire, sinon j'aurais du supprimer ton com et on m'aurait taxée de Censure 

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :